PARTAGER

Quelles Sont Les Motivations de la Créativité ?

POESIS

A quelles motivations répond le besoin de créer?

20 novembre 2016
Étiquettes : , , , , ,

Selon l’approche multivariée, la créativité suppose la mise en marche de multiples motivations. Par motivations, nous entendons les raisons qui poussent un individu à commencer et finaliser une tâche créative.

 

 

La phase créative échappe à toute dénomination, elle reste en dernière analyse un mystère indicible. Mais non point un mystère inaccessible incapable de nous ébranler jusqu’au tréfonds. Nous sommes chargés nous-mêmes de cette force jusqu’au dernier atome de moelle.
Nous ne pouvons dire ce qu’elle est, mais nous pouvons nous rapprocher de sa source dans une mesure variable.
Il nous faut de toute manière révéler cette force, la manifester dans ses fonctions tout comme elle se manifeste en nous.
Elle est probablement matière elle-même, une forme de matière qui n’est pas perceptible aux mêmes sens que les autres espèces connues de matières.
Mais il faut qu’elle se fasse connaitre dans la matière connue. Incorporée à elle, elle doit fonctionner. Unie à la matière, elle doit prendre corps, devenir forme, réalité.

Paul Klee, théorie de l’Art moderne<, 1945

Klee fait ici état d’une motivation interne. La théorie psychanalytique de la créativité voit la genèse de la créativité dans le « conflit intérieur », résultat des émotions assoupies et qui se développent à travers des associations libres qui s’alimentent de l’imagination, du rêve et des jeux d’enfants. L’individu créatif accepterait et jouerait avec ces associations tandis que le non-créatif les rejetterait.

 

Les motivations pourraient s’ordonner en deux groupes : les motivations premières et les motivations secondaires. Les motivations premières engendrent les motivations secondaires.

Premières motivations

– L’énergie dérivée de la sublimation libidinale (idées de Freud, Lris, Bellak)

Pour illustrer cette hypothèse, voici un extrait du site de Serge Carfantan : « selon Freud, l’artiste est un névrosé qui parvient à sublimer ses pulsions sexuelles dans une création artistique. Toulouse Lautrec qui avait un physique disgracieux aurait compensé son complexe d’infériorité dans un choix de modèles de puissance et de grâce physique. Michel Ange peignait des colosses parce qu’il était lui-même malingre et chétif… Freud estime que l’artiste parvient à reprendre pied dans le réel, ce que le névrosé ordinaire ne peut faire. Il considère aussi que les artiste utilise l’Art pour exprimer des pulsions socialement non acceptable.

Freud n’aborde pas le mystère de la création artistique comme moyen et don : « L’analyse ne peut en effet rien nous dire de relatif à l’élucidation du don artistique, et la révélation des moyens dont se sert l’artiste pour travailler, le dévoilement de la technique artistique n’est pas non plus de son ressort ». Carfantan continue en posant la névrose comme effet du talent et non la cause.

La motivation artistique selon Freud doit être prise en compte mais en aucun cas elle ne constitue la seule motivation de la création. Ce serait réduire l’importance de la sensibilité et du désir de communiquer. Continuons la liste des motivations mises en valeur par les spécialistes :

 

– La Curiosité (idées de Murphy, Thorndike, Rossman)

 

– L’élan d’actualisation/rénovation (Maslow, Rogers)

 

– La communication (Schachtel, Crutchfield, Irving Taylor, Fromm)

La valeur communication de l’oeuvre occupe une large place dans les motivations du créateur. Il s’agit d’émettre un message, de transmettre, de donner du sens. Cette communication sous entend aussi le rapport de l’artiste à la société (en donnant son oeuvre à contempler, il prend un risque et s’affirme en tant que sujet) à sa conception de l’éternité et de la mort (laisser une trace)

 

– La réalisation de soi (Maslow, May)

 

– L’expression des émotions

 

– La réussite, l’argent

Il s’agit ici d’une motivation extérieure à l’individu. Elle peut influencer la motivation de l’individu mais selon quelques études elle ne semble pas être une motivation première pour la création artistique (Mc Graw, travaux d’Amabile).

 

– La sublimation de la terreur (l’angoisse de la mort)

 

 

Les motivations secondaires

Les motivations secondaires sont celles qui dès leur origine étaient des manifestations générées par l’expérience des premières motivations.

 

– Plaisir dans l’acte de créer (Rossman, köhler, Suchman, Barron)

Même tout ce qu’il n’est pas devient, malgré tout,
pour l’homme une occasion de jouir de son être : dans l’art l’homme tire jouissance de se voir parfait.

Nietzsche, le crépuscule des idoles.

 

Didier Anzieu disait très justement à ce sujet que « donner la vie à une oeuvre rassure, pendant le temps éphémère de l’inspiration sur sa propre toute-puissance, sur sa fécondité, sur son éternité : acte de foi narcissique, immense, mouvant comme la mer toujours recommencée entre les pins, entre les tombes…… ».

 

– Goût pour la nouveauté (Maddi, Berne, Houston y Mednick)

 

– Élan vers la qualité (Maddi)

 

– Ordonner ses pensées. (Barron, Murphy)

 

– Ambition (Matussek, Tumin)

La théorie existentialiste de la créativité

La théorie existentialiste de la créativité défendue par Rolo May affirme que la créativité est une trouvaille. Par sa sensibilité et son esprit prédisposé, le peintre « créé »  le cadre du paysage qu’il souhaite peindre. Il créé un cadre pour développer son jeu créatif. Alors que la théorie psychanalytique de la créativité limite l’explication de la créativité au champ de la sexualité, May affirme que l’individu créatif est ouvert à son environnement, il est donc plus réceptif et disposé à la trouvaille.

La créativité ne serait donc pas la satisfaction d’instincts réprimés mais la satisfaction d’une nécessité de communiquer avec l’environnement et de se réaliser.

 

Concluons cet article avec un extrait d’un article publié en avril 2013 dans « Frontiers in psychology »:

The creative activity of artists generally starts from the impulsion to create or make, to “do” or “incarnate”, and it is also fed by a curiosity to see and understand,to “find sensations”, and an eed to express a narrative desire. Artists refer of ten to their work as a physical necessity and to its motivation as a form of internal pressure”.

Creativity as action : findings from five creative domains

Étiquettes : , , , , ,

théorie