PARTAGER

Quelles Sont Les Capacités à Travailler pour Etre plus Créatif ?

POESIS

Selon Gough, les facteurs de la créativité sont les habitudes mentales suivantes : la recherche et la curiosité, la flexibilité, la confiance en son futur (capacité de projection) et la sensibilité artistique.

22 novembre 2016
Étiquettes : , , , , ,

Les capacités liées à la créativité sont appelées « facteurs d’ordre conatif » en psychologie. Plus que de capacité il s’agit d’un ensemble d’attitudes face à la vie que partagent les profils créatifs.

 

 

Les études réalisées par le professeur Gough (1979) et le professeur Gregory J. Feist (1999) suggèrent que l’ambition, la persévérance, l’indépendance, la curiosité, l’ouverture à la nouveauté, la confiance en soi, l’impulsivité, la domination, la flexibilité mentale, la sensibilité, la radicalité et la reconsidération des conventions seraient les traits de caractère définissant les personnes créatives. Il ne s’agit ici que des capacités personnelles, qui, combinées aux connaissances techniques et théoriques et à un environnement favorable vont permettre à une personne d’être créative.

La persévérance

Le travail créatif suppose une série d’obstacles qu’il faudra surmonter afin de parvenir à donner forme à son travail. Cette persévérance dans le travail est un des moteur de la créativité.

 

La curiosité et le goût pour l’exploration

Le créateur aura pour habitude mentale de jouer avec les formes, les couleurs et les textures. La curiosité est difficilement mesurable scientifiquement mais c’est pourtant un trait de personnalité propre au créatif. Qu’est-ce qui pousse un individu à examiner un objet ou penser une idée sous différents angles ? La curiosité est un trait caractéristique de l’espèce humaine et même animale qui pousse les êtres vivants à étendre d’avantage les territoires connus. La curiosité amène avec elle l’émerveillement et ne cesse de poser de nouvelles questions.

Cette aptitude, liée à l’imagination et à la sensibilité est une fondamentale de la créativité.

 

Flexibilité et goût pour l’ambiguïté

Guilford (1950) insiste sur l’importance des opérations mentales telle que l’analyse et la synthèse, la résolution de problème et la flexibilité intellectuelle. Selon sa théorie de l’intelligence, la créativité serait le fruit de la capacité de penser, mémoriser, des pensées convergentes et divergentes et du jugement. Cette tolérance à l’ambiguïté va permettre à l’individu de continuer d’explorer les possibilités de résolution de son problème. Aucune piste n’est exclue, aucune proposition de l’esprit ne provoque de la gêne ou du stress. Une manière de travailler cette capacité et de voyager. L’ouverture à d’autres cultures à un effet stimulant pour la créativité.

 

Eliasson, 360 rock series

Il n’y a pas de choses de l’esprit et de choses physiques dans l’univers mais les deux ne font qu’un.

Vilayanur S. Ramachandran

Une autre manière d’entrainer sa flexibilité est d’associer des idées éloignées afin de créer un produit nouveau. Même, et surtout, si le résultat n’a aucun sens. Très utile en cas de blocage face à un problème créatif car cette technique permet de prendre du recul et de reconsidérer sa production.

Par flexibilité et pensée divergente, nous entendons la capacité à aborder les choses sous des angles différents. Liée à l’imagination, la pensée interdisciplinaire est la mise en relation entre des connaissances à première vue éloignée les unes des autres. C’est une des clefs de la créativité.

Le non conformisme

Le créatif doit avoir un moi assez fort pour suivre ses intuitions et produire un travail qui sera le plus personnel possible. Il devra prendre en considération les autres sans que cela n’affecte son travail. La souveraineté sur son travail lui permettra de produire une œuvre réellement créative.

 

L’indépendance et la prise de risque

Innover et créer suppose une prise de risque. Bien que l’on ait rien à perdre et absolument tout à gagner en créant, ce travail représente un investissement important en temps (ou en argent !), donc un risque.

Changer sa manière de penser : considérer la vie comme un jeu

L’éducation et la sollicitation régulière de ces facteurs les transforment en mécanismes. Ces mécanismes changent la vision et l’approche de tous les problèmes. Selon Erika Landau la création est un jeu, et  une recherche d’excellence en soi (et non contre les autres), ainsi qu’une constante remise en question. Vous comprendrez alors comment ces habitudes mentales terminent par agir à tous les niveaux de votre vie. Les ressources en action de l’ingénieur, du poète, du peintre ou du musicien reposent sur une majorité de bases communes. Seuls leurs champs d’action diffèrent.

Étiquettes : , , , , ,

théorie